Category: Popote


Alors on m’a demandé un suivi sur le concept, voici la deuxième partie.
Pour ce qui est des recettes, j’ai fait un billet séparé pour lister les recettes que j’aimerais refaire et celles que je ne referai pas.

Pour ce qui est des quantités, il faut tenir compte du fait que nous sommes 3 bouches à nourrir dans cette expérience (3 adultes, dont 2 hommes). Toutes les recettes donnent un minimum de 4 portions, parfois 5 ou 6. C’est assez pour se faire des lunchs pour le lendemain.
Aussi, nous avons épuisé notre stock il y a seulement 2 semaines, donc nous avons eu de la bouffe pour 2 mois et demi. Il est certain que nous n’avons pas mangé ces repas tous les jours, mais ça nous a sauvé bien du trouble.

Commentaires généraux

  • Pour simplifier la préparation, prendre des pièces de viande désossées. Ça sera surtout plus simple pour les lunchs.
  • Il vous reste du jus de cuisson dans le fond de la mijoteuse? Faites votre riz pour le lendemain grâce avec ce liquide, en y rajoutant de l’eau.
  • Non, ça ne goûte pas le congélo, contrairement à ce qu’on pourrait penser.
  • Faire attention à ne pas trop remplir les sacs, sinon ils risquent d’ouvrir au congélateur, surtout s’il y a beaucoup de liquide.
  • Tenter d’incorporer les accompagnements avec le reste des ingrédients (riz/pâtes/légumes…) :
    • C’est possible pour les légumes (s’il n’y en a pas déjà dans la recette).
    • J’ignore si c’est possible pour le riz et les pâtes, mais il faudrait probablement rajouter de l’eau. Les sacs ne pourraient probablement pas contenir cette eau, mais ça pourrait être ajouté directement dans la mijoteuse, en écrivant la quantité d’eau à ajouter sur le sac, évidemment… À faire éventuellement!

Nouvelles recettes (Cliquez ici pour les ingrédients)

Maintenant, nous essayons de nouvelles recettes, on s’en reparle dans 2 mois:

  • Boeuf champignons
  • Boeuf curry
  • Boeuf goulash
  • Boeuf des îles
  • Boeuf poivrons
  • Ragoût de boeuf
  • Poulet BBQ
  • Poulet chasseur
  • Poulet citron
  • Poulet créole
  • Poulet tajine
  • Ragoût de poulet 1
  • Ragoût de poulet 2
  • Porc chili
  • Porc facile
  • Porc de la Havane
  • Porc à l’oignon
  • Porc sucré-salé
  • Porc teriyaki
  • Porc tomates-érable
  • Ragoût de porc

Alors on m’a demandé un suivi sur mon expérience, voici la première partie.

Pour ce qui est des recettes, j’avais fait un billet « teaser » avec quelques commentaires généraux sur des recettes que j’aimerais refaire et celles que je ne referai pas. Comme je n’avais pas fini de déguster chacune des recettes, il en manquait. Voici donc la suite :

À refaire comme tel

  • Poulet BBQ à la compote de pommes
  • Poulet au pesto
  • Cuisses de poulet dijon-érable
  • Ragoût de porc au chili vert
  • Tacos au poulet
  • Poulet chasseur
  • Poulet des îles
  • Ragoût de boeuf chunky
  • Fajitas au poulet
  • Pilons de poulet balsamique
  • Poulet à l’orange
  • Poulet ail et miel
  • Cubes de boeuf et sauce brune

À refaire avec quelques modifications

  • Poulet Buffalo: Réduire la quantité de sauce piquante, c’est ben trop spicy!!
  • Poulet lime-coriandre: Besoin de beaucoup plus de coriandre, et peut-être plus de lime aussi…
  • Boeuf mongole : Vraiment excellent, c’est tout à fait mongole!! Mais je réduirais peut-être un peu le sel la prochaine fois.

À ne pas refaire

  • Tacos au poulet ranch: Pas vraiment différent de la recette de tacos au poulet de base… Pas mauvais, mais je vais conserver seulement l’autre recette (coûte moins cher à faire).
  • Poulet Teriyaki: J’aime l’ananas d’habitude, mais les ananas étaient beaucoup trop présents/acides, pas sûr que je vais la refaire.

J’ai trouvé les recettes en question à cette adresse.

Chers No Land’s Readers,

Êtes-vous tannés de cuisiner des repas chaque jour?
Ou peut-être vous faites-vous une « corvée » chaque fin de semaine pour éviter de cuisiner chaque jour, mais ça vous répugne?
J’ai peut-être la solution pour vous!

Je suis tombé sur ce concept par l’intermédiaire de Facebook. J’ai 2-3 amis américains qui partagent des articles de blogs proposant des trucs/idées de jardinage, décoration ou cuisine. J’avais mis les liens dans ma liste de pages à lire en novembre ou décembre, et je m’y suis intéressé après les Fêtes, en fin de compte!

En anglais, on appelle ça les « Slow cooker freezer meals » ou « Crock-pot freezer meals », soit des « mets à mijoter congelés » en français.
Je n’ai pas trouvé l’équivalent de ce concept sur des blogs francophones, donc à moins que je cherche mal (c’est possible), je présume qu’il est méconnu au Québec et ailleurs dans la Francophonie…

En gros, il est ici question de préparer une vingtaine de recettes, 2 fois chacune, pour un total d’une quarantaine de repas (160 portions minimum). Ça vous prend une journée libre pour faire tout ça, aux 2 mois environ.
Surpris? On ne fait aucune cuisson, seulement de l’assemblage; il suffit d’assembler les ingrédients de chaque recette dans des sacs pour congélateur (Ziploc ou autre) et de congeler le tout.

Tout ce que ça vous prend pour la suite, c’est une mijoteuse.
Lorsque vous avez terminé de souper, sortez un sac du congélateur et mettez-le au réfrigérateur pour que son contenu dégèle un peu pendant la nuit.
Le matin avant de partir travailler, videz entièrement le contenu du sac dans la mijoteuse et faites cuire à LOW pendant 6 à 8 heures. Si vous arrivez de travailler tôt, vous pouvez aussi faire cuire le contenu à HIGH en 3 heures environ.

Voici la démarche que je veux entreprendre pour explorer ce concept :

  • Essai des recettes proposées sur ce site;
  • Essai de nouvelles recettes, question de faire changement;
  • Conserver les meilleures recettes et :
    • les traduire;
    • rédiger une liste d’épicerie;
    • rédiger une procédure d’assemblage simple à suivre;
    • mettre ces informations sur la blogosphère.

Teaser

J’avais commencé à rédiger un long article pour présenter le concept. Cet article est encore dans mes brouillons, mais comme je suis très occupé au travail et que ça traîne, je me suis dit que je vous enverrais quand même un petit teaser, alors voici:

À refaire

  • Poulet BBQ à la compote de pommes
  • Poulet au pesto
  • Cuisses de poulet dijon-érable
  • Ragoût de porc au chili vert
  • Tacos au poulet
  • Poulet chasseur

À modifier

  • Poulet Buffalo: Réduire la quantité de sauce piquante, c’est ben trop spicy!!
  • Poulet lime-coriandre: Besoin de beaucoup plus de coriandre, et peut-être plus de lime aussi…

À ne pas refaire

  • Tacos au poulet ranch: Pas vraiment différent de la recette de tacos au poulet de base… Pas mauvais, mais je vais conserver seulement l’autre recette (coûte moins cher à faire).
  • Poulet Teriyaki: J’aime l’ananas d’habitude, mais les ananas étaient beaucoup trop présents/acides, pas sûr que je vais la refaire.

Overall

  • prendre des pièces de viande désossées
  • tenter d’incorporer les accompagnements avec le reste (riz/pâtes/légumes…)

Potage d’automne

English will follow French (but not now)

Encore moi!

Une chance que c’était un long weekend, parce que j’avais encore le goût de cuisiner aujourd’hui. C’est vraiment trop bien d’être dans ses propres instruments de cuisine, aussi finis soient-ils.

Alors, aujourd’hui, j’appelle ça mon potage d’automne, juste à cause de la couleur. Normalement, un potage d’automne aurait de la citrouille, de la courge ou du zucchini, je sais. Mais c’est pas grave, à qui appartient le blog? C’est ça. Donc chut! 🙂

J’ai eu un peu de difficulté avec ce potage, car mon mélangeur n’est vraiment pas super. Les lames coupent très mal. Et je n’ai pas de robot, ce qui aurait peut-être fait un meilleur travail, que sais-je? D’autres trucs à acheter. Résolution 2009 : renouveler tout mon set de cuisine.

Mon potage d’automne

  • Carottes, en juliennes
  • Pommes de terre, en dés
  • Chou-fleur, en morceaux
  • Céleri, en petits dés
  • Oignon, hachés finement
  • Brocoli, en morceaux
  • 6 à 8 tasses de bouillon de poulet ou de bœuf
  • Crème, au goût
  • Sel & poivre, au goût

J’ai fait ça à l’oeil (je fais pas mal tout à l’oeil, en fait). Donc vous jugez par vous-même selon la grandeur de votre casserole et le nombre de légumes dont vous disposez. Personnellement, j’avais un chou-fleur presqu’entier, deux bonnes branches de brocoli, un oignon complet, 5-6 branches de céleri, 7-8 carottes, 2-3 pommes de terre.

Pour éviter que tout brûle, coupez vos légumes avant de faire quoique ce soit d’autre. Je recommande de couper vos carottes en julienne pour qu’elles deviennent plus tendres : ce sera d’autant plus facile pour votre au mélangeur. Pour le chou-fleur et le brocoli : détachez-les en petits morceaux, mais coupez bien les tiges… toujours pour le bien-être de votre mélangeur. Finalement, le céleri doit être coupé en petits dés, aussi pour la même raison. Aucune recommandation particulière pour les pommes de terre, sinon de voir à ce qu’elles soient très bien cuites avant de les passer au mélangeur

Dans une grande casserole, faites revenir les oignons dans l’huile ou du beurre. Ajoutez de 6 à 8 tasses de bouillon de poulet ou de bœuf. Il faut que ça recouvre vos légumes, donc ça dépend de la quantité de légumes que vous avez. Portez à ébullition, puis ajoutez vos légumes et baissez le feu. Rajoutez du bouillon en cas de besoin. Laissez cuire pendant 30-40 minutes, jusqu’à ce que vos pommes de terre se défassent facilement avec un couteau.

Avec une cuillère à trous, récoltez les légumes et mettez-les au mélangeur pour obtenir une purée. Évitez de trop le remplir, vous pouvez passer le tout en 2-3 fois (ou plus, s’il n’est pas performant comme le mien). Une fois tous les légumes passés au mélangeur, récoltez le bouillon en le faisant passer dans une passoire. Réservez.

Faites chauffer votre purée de légumes, ajoutez de la crème si vous voulez, mais c’est à votre goût. Personnellement, je n’en ai pas utilisé. Ajoutez le bouillon petit à petit, jusqu’à ce que le tout ait l’aspect de potage désiré. Il vous restera amplement de bouillon pour faire de la soupe, telle que ma chaudrée de palourdes. Salez et poivrez au goût, c’est prêt à servir. Et voilà le résultat :

Mon potage d'automne

Mon potage d automne

On m’a également demandé la recette de la chaudrée de palourdes, alors la voici :

Chaudrée de palourdes

  • Environ 400 g de palourdes fraîches ou congelées
  • 2-3 pommes de terre, en dés
  • 3 tasses de bouillon de poulet
  • Oignon, haché finement
  • 2 tasses de crème 15 %
  • persil, au goût
  • sel & poivre, au goût

Faites brûnir vos palourdes et votre oignon environ 2-3 minutes, dans une poêle antoadhésive, à feu moyen. Vous pouvez ajouter le jus des palourdes, ça donnera plus de goût à votre chaudrée.

Pendant ce temps, portez le bouillon de poulet à ébullition dans une grande casserole. Réduisez le feu. Ajoutez les palourdes, l’oignon et le jus des palourdes dans le bouillon, ainsi que les pommes de terre. Faites cuire pendant 20-30 minutes, couvert, à feu modéré.

Ajoutez la crème. Laissez à découvert environ 2 minutes. Passez la moitié du mélange au mélangeur, en prenant soin de mettre aussi la moitié des morceaux solides, pas seulement le liquide. Personnellement, j’ai mis toutes les pommes de terre au mélangeur, mais seulement la moitié des palourdes. Remélangez avec le reste, salez et poivrez et ajoutez du persil, au goût. Et c’est prêt à servir!

English will follow French (but not now)

Je sens que Martha Stewart m’habite ces temps-ci…

Pendaison de crémaillère

Mardi dernier, j’ai fait ma pendaison de crémaillère avec des amies de l’université qui travaillent dans la même grande boîte que moi, mais dans divers services.

Ça s’est fait sous forme de « 5 à 7 » chez moi, qui a duré jusqu’à 23 h, bien entendu. Pour un party en pleine semaine, c’était pas mal bon. Je n’avais pas eu le temps de préparer quoi que ce soit la veille, mais je voulais tout de même bien accueillir les gens avec plateaux de crudités et trempettes, et quelques plats de chips, en plus des divers alcools achetés (et comme toute pendaison de crémaillère, j’ai fini la soirée avec presque deux fois plus de bières dans mon frigo, car certains n’étaient pas au courant que j’en achetais.

Enfin, bref, j’ai coupé les divers légumes (carottes, céleri et chou-fleur) dans la face de mes premiers invités, mais je n’avais pas vraiment le choix. Ils ont pu admirer également mes « trempettes toutes simples » (beau, bon, pas cher): mayo et ketchup, ainsi que mayo et moutarde de Dijon. Si j’avais eu plus de temps et si j’avais eu les ingrédients à portée de main, j’aurais plutôt fait quelque chose avec du pesto, ou encore du sirop d’érable (oui oui, c’est très bon dans des trempettes!!) Oh, well…

Casseroles, poêles et compagnie (état, causes, solutions et conseils)

Je me suis mis à examiner mes poêles aujourd’hui et « ça fait dur »… Toutes mes poêles « étaient » antiadhésives (à l’origine) : une petite, deux moyennes et une très grande. Il ne me reste qu’une moyenne poêle qui est encore en bon état. La petite est en train de s’oxyder, tandis que l’autre moyenne et la grande ne sont pas lisses partout, ce qui signifie que l’antiadhésif est en train de partir. Qui plus est, elles sont toutes déformées, sauf celle qui est toujours antiadhésive, ce qui fait qu’elles ne tiennent pas parfaitement à plat sur les plaques.

En prenant connaissance de cela, j’ai également inspecté mes casseroles. Diagnostic : ça fait dur de ce côté-là également. Une d’entre elles était antiadhésive : c’est en train de partir. Les autres, toutes en tôle, sont brûnies ou noircies dans le fond, à l’intérieur. Et certaines d’entre elles sont également déformées. Bref, je n’ai aucune bonne casserole en ce moment.

Exemple:

Exemple

Exemple

Il faut savoir que je n’ai pas toujours fait attention à ces instruments de cuisine par le passé. Premièrement, la plupart me sont venues de mes parents, qui en avaient trop et qui m’en ont donné quand je suis parti en appartement. Les autres poêles, j’ai dû les acheter « pas cher » (genre Dollorama ou l’équivalent, probablement).

Il m’est arrivé d’utiliser, à mes débuts en appart, des ustensiles de métal (genre des fourchettes) directement dans les poêles. Je ne fais plus cela maintenant, heureusement, mais ça a donc altérer la condition de mes poêles. Le pire dans tout cela, cependant, ce n’est pas moi… J’ai eu plusieurs colocataires qui utilisaient mes casseroles et mes poêles et qui n’y faisaient guère attention. L’exemple le plus marquant était ma première coloc, qui utilisait des batteurs pour faire des patates pilées directement dans ma casserole antiadhésive (no wonder…)

Bref, tout plein de bonnes raisons pour commencer à se renseigner sur Internet :

  • J’ai d’abord appris que la plupart des poêles antiadhésives ne sont pas faites pour être utilisées sur un poêle à induction (ce que j’ai maintenant). Il faudra que je m’achète de nouvelles poêles et casseroles antiadhésives, qui ont la mention « résistance à la déformation » ou quelque chose du genre.
  • On peut également utiliser l’inox et la fonte sur les poêles à induction (poêles et casseroles en inox à acheter et une cocotte en fonte pourrait être bien aussi pour faire des rôtis).
  • Selon ce que j’ai trouvé sur Internet, seulement les instruments en inox devraient aller au lave-vaisselle (donc pas de tôle ou de fonte, et surtout pas d’antiadhésif).
  • Les poêles et les casseroles antoadhésives devraient être utilisées à feu modéré, et le moins souvent à feu vif. Il vaudrait mieux utiliser celles en inox pour la cuisson à feu vif.
  • On recommande également de « préparer » ses poêles et ses casseroles en tôle lors de l’achat, et de répéter à l’occasion cette préparation. Il faut faire revenir des pelures de légumes (patates, carottes, etc.) dans de l’huile ou du beurre. Le dépôt ainsi créé est supposé aider à protéger la tôle. J’ai décidé de le faire, même pour les poêles antiadhésives. Je me suis dit que ça ne pouvait pas leur faire de mal. On verra si ça les sauve encore quelques mois…

J’ai donc un renouvellement de ma batterie de cuisine à faire bientôt. J’ai besoin de trucs durables, qui auront sûrement une garantie par ailleurs. Mais pour l’instant ce sont mes meubles de chambre, donc peut-être en décembre… Noël approche et mon anniversaire par la suite, n’est-ce pas, Mère? 😛 Ça évitera de se poser la question le temps venu… 😛

Popote

Comme je n’avais pas de carottes sous la main pour la « préparation » de mes poêles et casseroles en tôle, je n’ai utilisé que des pommes de terre et comme j’en avais vraiment beaucoup, j’ai décidé de popoter un peu. J’ai donc fait un pâté chinois. Pour piler mes patates, je me suis par contre rendu compte que je n’ai plus de batteurs (ça fait deux ans que je n’en ai plus, ils étaient totalement finis…), alors j’ai utilisé la bonne vieille méthode :

Patates pilées à la main
Patates pilées à la main

Et le résultat final :

Pâté chinois

Pâté chinois

Et puisque j’y étais, j’ai continué à popoter un peu… J’ai fait une chaudrée de pétoncles :

Chaudrée de pétoncles

Chaudrée de pétoncles

Martha Stewart, sors de ce corps!

Merci Ricardo

Écouter l’émission de cuisine de Ricardo, le matin, c’est hyper important pour une raison :
.
Ce matin, son émission a poussé ma réflexion et m’a permis de découvrir une merveille linguistique.
.
Véronique Cloutier était invitée à l’émission, et ils faisaient frire des barres O Henry. Ricardo, se penchant vers la friteuse, se met à dire « il faut que les barres frittent » Véronique de regarder Ricardo, de se mettre à rire en disant « frisent? » et de se demander quel est le subjonctif du verbe « frire »…
.
En tant que traducteur, je me suis vite penché vers ma grammaire et puis j’ai trouvé la réponse : il n’y a pas de subjonctif pour ce verbe.
.
Découverte supplémentaire : on peut dire « je fris », « tu fris », « il/elle frit »… mais pas « nous… », « vous… », « ils/elles… »
.
Je vais me coucher moins niaiseux ce soir…